1:Rae Sremmurd

Voyages quadridimensionnels, créatures fantastiques et androïds malheureux : voici comment Swae Lee et Slim Jxmmi sont devenus l’entité Rae Sremmurd. « La fabuleuse histoire de Rae Sremmurd » à lire chez YARD. Illustrée par Bobby Dollar.

categories: Blog, Featured
tags: , , ,

1-580x580

A la manière de certains espoirs du football, Husalah s’est trouvé engloutit par ses prédispositions, sans doute trop conscient de ses qualités pour admettre qu’elles doivent être entretenues par du travail et de l’application. Pour oser une comparaison que devraient comprendre les français, et Husalah lui-même, il est une sorte d’Hatem Ben Arfa du gangsta rap.

Paradoxalement, son côté surdoué fainéant ajoute au charme de sa musique, et renforce l’affection particulière que lui portent ses fans. Leur rapport romantique à son art privilégie les fulgurances au résultat final, les coups d’éclats à la régularité. Pour quelques gestes majestueux, ils lui pardonnent sa désinvolture et ses négligences. Aux yeux de ces fans là, et d’Husalah lui-même, il est une légende, une sorte de Ronaldinho du gangsta rap.

L’enregistrement de MOB Maniac, finalement renommé H, a débuté à la sortie d’une longue peine de prison et s’est bouclé dix ans plus tard, après le décès de The Jacka. Husalah considère que Dope, Guns & Religion (2006) et Huslin’ Since Da 80’s (2007) ne sont pas de véritables albums, mais des compilations bricolées pour colmater sa fainéantise. Effectivement, H fonctionne comme un premier album solo, il rend hommage à l’héritage culturel et présente chacune des multiples facettes de son auteur. Un voyage dans ses souvenirs de récréation, de violence, de spiritualité, dont on revient hanté par quelques fantômes.

Les premières chansons honorent des origines caribéennes et sud américaines. Sur Cyan Stop Me, les adlibs autotunés rappellent la grandiloquence du Jesus Walk de Kanye West, alors qu’Husalah chante avec un accent jamaïcain sur un sample dancehall du Road Block de Cutty Ranks. Mi Encanta mêle cumbia et reggae en faisant dialoguer Chambacu de la petite mexicaine Aurita Castillo et Cumbia Del Mar, un standard romantique écrit par Rafael Meija en l’honneur d’une reine colombienne, ici dans sa version rejouée par Quantic.

Une culture musicale héritée de ses ancêtres, manifestée dans ce qu’elle a de plus royale et fastueux, qui pose aussi l’ambiance d’El Pueblo, la dure cité de Pittsburg dont il est originaire. « Husla Sélassié » prend comme un signe d’élection divine le fait d’avoir survécu à ce bourbier de crack, une confiance extrême qui ressort de ses chansons en un torrent de narcissisme et d’attitudes quasi messianiques.

Quand il fredonne Cold Outside sous une pluie d’ocarinas malheureux, il renvoie toujours l’image d’un chef de guerre inébranlable, resté debout pour guider le peuple dans la tempête. Et sur la guitare flamenca de Nyeusi on croirait qu’il adresse son expérience personnelle à toute la diaspora noire, les urgeant à prendre exemple sur sa réussite. A la fois Guevara, descendant de Salomon et guide auréolé de lumière, sa mégalomanie confine à la folie.

2-580x535

Pour couronner le tout « Jes’hus’ Christo » côtoie des fantômes. Son flow mélodique, sautillant, son alternance entre slappers et storytellings mélancoliques, ont fait de lui un fils illégitime du regretté Mac Dre. Ce dernier consommait tellement d’amphétamines que son âme folle n’aurait jamais quitté la Terre ferme, trop lourde et collante pour rejoindre les cieux. On raconte qu’elle flotte autour de San Francisco, pour commettre des farces en laissant une trainée visqueuse sur son passage.

Avant d’enregistrer certains titres, Husalah utilise l’autosuggestion hypnotique et la psychothérapie pour préparer son corps à la possession. Sur le sombre et vicieux Bad Young Thang, ce n’est pas lui qui s’exprime mais le « furly ghost », fantôme d’Andre « Mac » Hicks, entré dans sa chair pour conduire une dernière fois sans permis et déshabiller des femmes.

Cette connexion avec l’au-delà se poursuit sur l’atemporel Keep Mobbin’, où l’on entend un mort rendre hommage à une légende vivante. Jacka se glisse dans la peau de Too $hort, et le beat d’Husalah, qui évoque autant les années 1980 que les années 2000, rend impossible la datation du titre. C’est d’ailleurs vrai pour tout l’album, plein de vestiges d’époques différentes dans ses références et ses productions.

Clé de voute du disque, Protect Your Soul reprend tels quels le texte et la mélodie du refrain de Bullet Proof Soul de Sade, mais chanté dans un contexte différent. La rupture amoureuse inévitable devient alors destin inéluctable. Malgré l’aide des fantômes du passé, impossible de changer une fin écrite d’avance nous dit-il. C’est ce que racontent les histoires entrecroisées de Second Time Around, ce que sous entend également Miss You So, dont les prières ne ramèneront ni Mac Dre ni The Jacka.

Si chacune des quatorze chansons est une capsule temporelle, c’est parce qu’Husalah contemple un passé immuable, annonçant un avenir sans surprise. Pour ne pas devenir fou dans cette vie là, mieux vaut protéger son âme derrière des masques, des fantômes, une religion, se répéter que l’on est inarrêtable et irrésistible. Mais protéger n’est pas dissimuler et, forces, faiblesses, euphorie, chagrin, Husalah extériorise tout d’un même geyser, le fait jaillir de ses chansons et exploser à nos oreilles comme un feux d’artifices.

A la manière du Black Ken de son voisin Lil B, H d’Husalah traverse le temps et l’espace, notamment grâce à un casting de producteurs couvrant un large spectre de styles qu’on a un jour ou l’autre appelés « mob music ». Young L et les Mekanix programment les basses dansantes de M.O.B. et Humpin’ par exemple, alors que RobLo sur Miss You So reste fidèle aux samples qui ont valu à El Pueblo son surnom de Queensbridge de la Côte Ouest. Dans ce voyage à travers les époques, Husalah est la constante à laquelle on s’accroche, resté le même rappeur qu’il y a dix ans, peut-être surestimé par quelques uns, sans aucun doute sous estimé par tous les autres. Dans tous les cas, une constante qui semble démontrer que nous avions confondu sa prétendue fainéantise avec notre propre impatience, et qui rappelle que la musique n’est pas un sport.

« It’s never been—« I got two months to make an album! » It don’t work like that. It’s organic, it’s grown. They’ve got vegetables that only blossom every 12 years or some shit—they have trees that bear fruit every 12 years. You want an orange? Go get a fucking Monsanto orange over there. You want a Monsanto apple? We Monsanto free around this motherfucker. It’s not grown from Monsanto seeds. » - Husalah

illustrations : Leo Leccia

 

 

1-580x580px

Drakeo The Ruler a choisi son nom sans penser ni à Slick Rick ni à Drake. C’est une référence à Draco The Lawgiver, Dracon en français, le législateur athénien qui a fait passer le droit de l’oral à l’écrit. Ce que Drakeo code lui, ce n’est pas la loi mais le langage. A la première écoute du diptyque Big Banc Uchies / Flu Flamming vous ne comprendrez rien, vous n’avez probablement même pas compris le titre de ces chansons et c’est normal. Une partie du plaisir retiré de l’écoute de Cold Devil vient du décryptage de ses hiéroglyphes.

L’argot de Drakeo combine synecdoques et métaphores, dessine des choses en comparant un détail qui les compose. Si ses armes ont des chargeurs amovibles extendo alors il les appelle « Shanaynay », du nom d’un personnage de la série Martin qui porte des extensions de cheveux. Quand il se prend pour « Luke Skywalker playing laser tag » c’est qu’il agite comme des sabres lasers ces mêmes armes, cette fois équipées de snipers. Au centre de son lingo, l’expression « Flu Flamming » peut être prise pour un équivalent de finessin’, mais cette grippe qui s’infiltre dans la commissure des portes est d’abord synonyme d’home invasion, le cambriolage.

Sur Meet The Flockers YG est plus explicite dans sa description du cambriolage parfait « Find a chinese neighborhood, cause they don’t believe in bank account ». Drakeo use des mêmes clichés racistes, les femmes asiatiques donnent leur prénom à certaines de ses drogues mais surtout à ses victimes préférées. Parfois aux deux dans la même phrase : « I be Ling Ling boppin, Mae Ling just took me shopping ». Consomme t-il de la china white avant de dépenser le butin récupéré chez des asiatiques ? Peut-être, peut-être pas, peu importe tant que les voyelles sonnent comme des grelots et que l’effet est musical.

Il faut également décrypter le sens qu’il donne aux coupes de Dennis Rodman, à Fifi Brindacier, à la boue dans ses reins, à l’étranglement de serpents ou aux enfants qui câlinent ses mollets. On n’a rarement entendu d’argot si riche depuis E-40. Des formules cryptées que Drakeo mélange à un répertoire d’images étranges, souvent empruntées à la Bible et à la mythologie grecque, détournées pour les rendre malfaisantes. Il flotte sur la codéine, crucifie des martyrs, transforme les Judas en pierre avec la méduse de ses vestes Versace, déboule en batmobile pour s’infiltrer dans de grands manoirs et se transforme en vampire au douzième coup de pendule.

2-580x580px

Drakeo rappe sans souffle, comme s’il venait d’aspirer de la fumée, coasse en faisant craquer ses cordes séchées par les opiacés. Un timbre de lézard qui rappelle celui de Keak Da Sneak dont il pourrait être l’exuvie, un résidu froissé, essoré de toute vie et énergie. Son flow est lent, trainant comme une charrue libérée de son attelage. Il ne court pas après le rythme, il le laisse s’échapper pour créer une tension, un léger malaise voire l’angoisse.

Pour ce style qu’il surnomme nervous music, Drakeo veut des productions gothiques, sinistres, tapées de bass lourdes mais éparses. Comme son rap, elles ont quelque chose de nord californien, en plus sombre, plus amorphe. Des sonorités qui ont infusées Los Angeles grâce au ratchet de DJ Mustard, qui sont aujourd’hui noircies et ralenties par Bruce 24K, Duse, Beatboy et surtout Ron-Ron The Producer, autour duquel se retrouve toute une scène. Il y a la Stinc Team, composée entre autres de Ketchy The Great et de Ralfy The Plug le petit frère de Drakeo, la Shoreline Mafia, Rucci, Desto Dubb ou encore 03 Greedo. Le style de ce dernier est celui qui complète le mieux Drakeo. Le mélodiste extraverti et le styliste taciturne, l’affectif barjot et le sociopathe cryptique : leurs collaborations font partie des meilleurs moments de Cold Devil.

Originaire de South Central, Drakeo y habite toujours avec son frère et sa mère. Il ne rappe sérieusement que depuis 2015, quand sont sortis simultanément sa mixtape I’m Mr. Mosely et le single Mr. Get Dough extrait de l’album de DJ Mustard. The Ruler enchaine les allers et retours en prison depuis ses douze ans, et aujourd’hui ce sont les lois de Draco The Lawgiver qui continuent de mettre des bâtons dans ses longues chaussettes. Actuellement incarcéré pour possession d’armes, une rumeur le dit libérable le 30 mars prochain. En passe de faire du rap un moyen de vivre légalement, il pourrait s’extirper de son milieu criminogène, ce qui est peut-être plus facile à dire qu’à faire. Lors de sa dernière arrestation, la police de Los Angeles arrivait en diffusant sa musique depuis leurs véhicules, une façon de lui faire comprendre qu’il est aujourd’hui parfaitement identifié et surveillé, qu’il n’a plus le droit à l’erreur.

Cold Devil est sa quatrième et sans doute meilleure mixtape, parce que Drakeo y a affiné tout son style. Il s’amuse à aller toujours plus contre le rythme avant de s’y rattacher, tire sur le fond de sa gorge pour la rendre d’avantage granuleuse à mesure que les chansons avancent, et y fait une démonstration de tout l’argot de son écriture impressionniste et étrange. Mais c’est aussi la première fois que certains auditeurs de la première heure se demandent si Drakeo n’a pas perdu quelque chose en maîtrisant sa formule. C’est vrai qu’il poussait le vice jusqu’à rapper comme une porte qui grince à l’époque de So Cold I Do Em, que ses chansons étaient déjà pleines de « uchies » et de « shirleys ». Le risque d’une langue si neuve est de s’y enfermer, de l’épuiser à force de gimmicks. Ce n’est toutes fois pas le cas pour l’instant, et Drakeo ayant d’autres cordes à son arc, il tarde de vivre la prochaine virée à Chinatown du « foreign whip crasher ».

illustrations : Leo Leccia